Brève histoire du monachisme

Hist. monachisme

Les premiers moines

Les premiers moines apparaissent vers la fin du 3e siècle en Orient. Leur désir : se séparer du monde et de son esprit pour chercher Dieu. Ils rejoignent alors les déserts d’Égypte ou de Palestine, y mènent une vie d’ascèse et de travail dans la solitude et la prière. Saint Antoine le Grand (mort en Égypte vers 356), dont la vie nous est connue grâce à saint Athanase d’Alexandrie, est considéré comme le Père du monachisme. Cette nouvelle forme de vie chrétienne s’est alors répandue en Occident au 4e et 5e siècles, d’abord en Gaule avec saint Martin de Tours, saint Jean Cassien à Marseille, et saint Honorat à Lérins (près de Cannes).

Saint Benoît (480-547)

Benoît naît en 480, à Nursie en Italie (près de Rome). Lorsqu'il a 17 ans, ses parents l'envoient achever ses études à Rome. Mais les discours des rhéteurs sont loin d'apaiser sa soif de Dieu. Il se retire alors dans la solitude austère de Subiaco, afin d’y vivre en ermite, dans le cœur à cœur avec Dieu. Sa vie sainte rayonne, et de braves gens viennent lui demander conseil, l'écouter parler de Dieu, tandis que des jeunes se mettent à son école. Benoît organise la vie de ses premiers disciples d'une manière toute familiale. Puis il s'éloigne pour fonder un nouveau monastère au Mont-Cassin. Il laissera à ses fils une Règle, fruit de ses lectures et de son expérience, avant de rendre son âme à Dieu le 21 mars 547. Peu connu de ses contemporains, saint Benoît fut révélé au monde chrétien par le pape saint Grégoire le Grand, qui raconta sa vie et ses miracles dans ses Dialogues, best-seller de tout le moyen âge après l'an 600 !

Les grandes figures du haut moyen-âge

Quant à sa Règle, elle se propagea au 7e et au 8e siècles, d’abord en Italie, puis en Angleterre où saint Grégoire le Grand († en 604) avait envoyé en mission d’évangélisation saint Augustin de Cantorbéry. Elle gagna aussi les monastères de Gaule qui l’adoptèrent progressivement, puis enfin la Germanie grâce aux moines bénédictins anglais qui l'évangélisèrent au 8e siècle (avec saint Willibrord et saint Boniface notamment).

Saint Benoît d’Aniane († en 821), appuyé par Charlemagne puis par Louis le Pieux, est considéré comme le second fondateur des bénédictins. C'est par son œuvre de réforme et d’unification que la Règle de saint Benoît fut reconnue officiellement comme unique règle monastique dans tout l’empire franc d’alors. Au concile d'Aix-la-Chapelle, en 817, une interprétation unique en fut d'ailleurs adoptée par tous les Pères abbés de l'Empire.

L’abbaye de Cluny

Après la crise liée aux invasions des Vikings et des Sarrasins (9e et 10e siècles), l’ordre bénédictin atteignit son apogée aux 11e et 12e siècles, avec la célèbre abbaye de Cluny (fondée en 910) et ses saints abbés : Odon, Mayeul, Odilon et Hugues. Saint Odon réforma de nombreux monastères en introduisant les coutumes de saint Benoît d’Aniane, puis ses successeurs regroupèrent de nombreux monastères en un corps organisé. En l’an 1050, l’ordre s’étendait sur toute l’Europe, comptant près de 10.000 moines, plus de 1000 prieurés et une soixantaine d’abbayes ! Cluny brilla par son déploiement liturgique inégalé, mais elle soutint aussi les papes dans la réforme de l’Église (saint Grégoire VII et le bienheureux Urbain II en sont d'ailleurs issus).

Ermites et réforme cistercienne

Le 11e siècle connut un essor de l’érémitisme, surtout en Italie. La Règle de saint Benoît fut adoptée par ces ermites, quand ils se regroupèrent pour un minimum de vie commune (tels les camaldules de saint Romuald ou les vallombrosains de saint Jean Gualbert).

Dans le souci d’une plus grande fidélité à la lettre de la Règle de saint Benoît, des moines de Molesmes fondèrent l’abbaye de Cîteaux, près de Dijon. Ce nouvel ordre (les cisterciens) couvrit l’Europe d'un blanc manteau de monastères (près de 700 à la fin du 13e siècle). Le saint le plus marquant de cet ordre nouveau fut bien sûr saint Bernard de Clairvaux († en 1153), mais la floraison d'auteurs et de saints cisterciens fut non moins admirable. Cette belle flambée de sainteté connut un refroidissement relatif au siècle suivant, mais le flambeau fut transmis aux moniales : plus de 1000 communautés féminines vivant dans l'esprit de Cîteaux au 13e siècle, avec notamment les grandes mystiques d'Helfta : les deux saintes Gertrude et les deux saintes Mechtilde.

Décadence de la fin du moyen-âge, les congrégations

La fin du moyen-âge et le début de l'époque moderne se révélèrent une période difficile et tourmentée en Europe (schismes, pestes, Guerre de Cent ans, guerres de religion…), et la ferveur des monastères diminua. De plus, la charge abbatiale était devenue un bénéfice doté de revenus : en vertu de la pratique désignée par le terme de « commende », les Abbayes avaient des abbés qui n’étaient plus des moines, mais des séculiers, touchant le revenu sans exercer la charge. On devine au prix de quel détriment pour l’observance régulière. C’est alors que des monastères réformés se regroupèrent en congrégations (en Italie celle de Sainte-Justine, en Allemagne celle de Bursfeld, en Espagne celle de Valladolid).

En France, la congrégation de Saint-Maur (les « mauristes »), fondée en 1618 à Paris, ramena la régularité, l’austérité et la sainteté de vie dans la plupart des monastères du pays. Pour prévenir la décadence, ces moines renforcèrent la formation intellectuelle. Quelques-uns d'entre-eux – notamment Dom Mabillon – formèrent même un petit groupe érudit à Saint-Germain des Prés à Paris. On leur doit en particulier de remarquables éditions des Pères de l’Église, d'où une réputation de science et de travail appliqué. Qui ne connaît l'expression : « un travail de bénédictin » !

Révolution française et renouveau

Au 18e siècle, la philosophie des lumières pénétra dans les monastères et dans l'esprit des dirigeants. L’esprit monastique s’en ressentit, tandis que la valeur de la vie contemplative n’était plus comprise. De nombreux monastères purement contemplatifs furent fermés en plusieurs pays (Autriche, France). C'est surtout la Révolution française de 1789 qui décida radicalement l'abolition des vœux monastiques, la suppression des ordres religieux, et sécularisa le patrimoine monastique. Dans le même mouvement, les guerres de la Révolution et de l'Empire détruisirent la vie monastique dans presque toute l'Europe.

Au début du 19e siècle, si les cisterciens trappistes survécurent et se développèrent rapidement, il n’y avait plus de bénédictins en France et en Allemagne, presque plus en Italie… tout était à refaire ! Le renouveau en France vint de prêtres séculiers désireux de mener la vie monastique : Dom Guéranger à Solesmes en 1833, le Père Muard à la Pierre-qui-Vire dans le Morvan en 1850, et le Père Emmanuel André, curé du Mesnil-Saint-Loup (diocèse de Troyes), qui commença une vie monastique tout en restant curé de sa paroisse. La floraison fut magnifique.

Le 20e siècle

Les lois antireligieuses du début du 20e siècle en France portèrent certes un coup à cette renaissance. Nombreux furent ceux qui durent s’exiler. Cet exil provoqua cependant une nouvelle expansion de l’ordre monastique. Les moines revinrent en France après la Première Guerre mondiale. Jusqu’au concile Vatican II, les monastères et les fondations ne cessèrent de se multiplier dans le monde entier ; les fondations dans le Tiers monde posant la délicate question de l’adaptation culturelle.

Avec le Concile on donna une très grande importance à la question de l’ouverture au monde moderne et à ses « exigences ». L’identité monastique, le sens du sacré dans la liturgie et la saine théologie en souffrirent. Les moines ne sont-ils pas par définition des hommes en réaction à l'esprit du monde : « séparés de tous pour être unis à tous » ? Comme depuis 15 siècles, selon les diverses orientations et les circonstances, des monastères ferment, d’autres se développent…

La confédération bénédictine

Depuis 1893, grâce au pape Léon XIII, toutes les abbayes et maisons bénédictines autonomes sont regroupées dans une confédération avec un Abbé Primat résidant à Rome (à l’Abbaye de Saint-Anselme), comme pour les autres ordres religieux.

En 2015, on dénombre dans le monde :

un peu plus de 7600 bénédictins répartis dans près de 430 monastères ou prieurés, formant 19 congrégations,

et 13700 moniales et sœurs dans 800 abbayes ou maisons, formant 58 congrégations.


D'après le pape Benoît XVI, saint Benoît « indiqua à ses disciples comme objectif fondamental et même unique de l'existence, la recherche de Dieu ». L'ordre a ensuite été impliqué dans divers travaux : évangélisation et défrichement de l'Europe, conservation et transmission de la culture classique au moyen-âge, collation et traduction des œuvres des Pères à partir du 17e siècle, éducation, etc. Mais le vrai but assigné par saint Benoît à ses moines reste la recherche de Dieu dans la prière.