Histoire de notre monastère

Hist. monastère

Histoire du lieu

Aux origines de “Lagarde”, on trouve un fort construit au Moyen Âge, avant-poste protecteur de Castelculier transformé en un vaste château seigneurial (en grande partie détruit au début du 20e siècle), avec dépendances et métairies.

Lagarde au 19e siècle

La chapelle Sainte-Foy (2004-2006)

2004 : Notre chapelle devenant trop petite pour les fidèles qui viennent participer à nos offices, nous commençons à transformer l’ancienne bergerie en chapelle.

Avant… Intérieur

Le style de cette chapelle et les matériaux se veulent en harmonie avec notre terroir d’accueil : clocher-mur, utilisation de la pierre de Puymirol et de tommettes agenaises. Cette chapelle est dédiée à sainte Foy, martyre locale morte en 303. Une sculpture la représentant surplombe la porte du porche d’entrée.

Martyre de sainte Foy

20 mai 2006 : Notre nouvel évêque, Monseigneur Herbreteau, procède à la bénédiction de cette chapelle et à la consécration de l’autel, dans lequel sont insérées des reliques de sainte Foy et de sainte Maria Goretti. « Pour le diocèse où naît une telle communauté de silence et de prière, c’est une grande grâce. Car, dans la prière, les frères sont toujours en communion avec le diocèse et prient pour lui. Avec l’aide des frères, puissions-nous entrevoir que nous sommes tous appelés à la contemplation de Dieu » dira Monseigneur à cette occasion.

Apport des reliques de l'autelConsécration de l'autel

Projet d’agrandissement (2007)

Septembre 2007 : Un concours d’architecte est lancé afin d’étudier les possibilités d’agrandissement. À cet appel, trois ont répondu et, devant un jury composé de moines et de laïcs (dont le maire de la commune et des personnes d’expérience) ces projets ont pu être présentés et débattus. Le projet retenu fut celui de Monsieur Gigou, architecte exerçant à Versailles, secondé par Monsieur Patrick Vellas, un architecte de la région toulousaine. Tous deux ont déjà collaboré pour l’édification de l’Abbaye du Pesquié, dans l’Ariège.


Les futures constructions, selon le projet, se feront en deux « phases » :

  • une phase « 25 » : c’est-à-dire pour que 25 moines puissent mener une vraie vie monastique avec les lieux de prières, de vie commune, de vie solitaire et de travail. Cette première phase se fera en tenant compte des bâtiments existants, en alliant beauté et fonctionnalité, proportionné au nombre de moines, au travail et à l’entretien.
Première phase (25)
  • une phase « 40 » : pour qu’au moins 40 moines y vivent leur vie monastique selon le désir de notre Père Saint Benoît, avec tous les lieux réguliers conventuels (abbatiale, cloître, réfectoire, chapitre), des ateliers, un jardin...
Deuxième phase (40)
Oratoire Saint-Joseph (2009)

25 octobre 2009 : Avant que ne commencent les travaux, notre Père Abbé Dom Louis-Marie, bénit un oratoire dédié à saint Joseph : « Nous avons voulu mettre les travaux de Sainte-Marie de la Garde sous la protection de saint Joseph afin qu’il assure les succès matériels, bien sûr, mais surtout pour qu’il préserve des accidents et des injustices tous les artisans ; et qu’il fasse fleurir sur le chantier la sainte charité. »

Oratoire saint Joseph

Travaux première phase (2010-2013)

11 avril 2010 : Notre évêque, Monseigneur Herbreteau, procède à la bénédiction de la première pierre des nouveaux bâtiments.

Bénédiction de la première pierre

5 juillet 2010 : Début des travaux de la première phase (rénovation des communs et de la grange, construction de deux ailes supplémentaires pour la porterie-magasin et des ateliers).

Terrassements Fondations

11 septembre 2011 : Après un an d’efforts, où s’entraident bienfaiteurs, maîtrise d’œuvre et entreprises, voici le jour de la bénédiction de la première aile !

Nouveaux bâtiments

Bénédiction du monastère

24 août 2013 : Et après deux nouvelles années, c’est le tour de la grange et des communs rénovés : « C’est important pour nous Lot-et-Garonnais de voir un monastère qui s’agrandit et qui rayonne de plus en plus chaque année. Votre objectif est de chercher Dieu. C’est le nôtre aussi. Et il faut pour cela un monastère avec une clôture, des espaces de silence et de retraite, un environnement propice à la prière. C’est donc un apport plein de richesse pour nous tous, et cela dépasse largement le Lot-et-Garonne. » (Mgr Herbreteau) Et notre maire d’ajouter : « C’est un honneur et une fierté pour un maire, un conseil municipal, mais aussi pour leurs administrés, de voir l’édification d’un monastère dans leur commune. » Après la bénédiction et les discours : portes ouvertes et visite des nouveaux bâtiments.

Avant… Après

La foule des amis !

Aujourd'hui

En 2018 : la communauté compte 16 frères.